77 rue de Charonne
Paris 11e
---
info@lalogeparis.fr
Tel. 01 40 09 70 40
---
M° Charonne / Bastille / Ledru-Rollin
#design
http://tusaisqui.fr
#conception&développement
http://www.darma.fr
Théâtre  Concerts  Danse  Soirées  Events  Bar
newsletter

Mécénat

Être mécène de La Loge et participer aux aventures de ce lieu en pleine effervescence : découvrir, soutenir et accompagner les artistes !

 

> Les avantages :

En soutenant les activités et/ou le projet de La Loge, vous associez votre image à une salle parisienne dynamique et ambitieuse qui encourage, développe et programme la jeune création contemporaine en mettant l’accent sur la découverte, l’accompagnement et les rencontres. Vous touchez ainsi un public actif et curieux. 

Si vous êtes un particulier

En vertu de la loi du 1er août 2003 en faveur du mécénat, les dons versés à l’association CDC productions qui gère La Loge donnent droit à une réduction de l’impôt sur le revenu de 66% du montant du don dans la limite de 20% du revenu net imposable. Si ce plafond est dépassé, l’excédent est reportable sur les cinq années suivant le versement.


Exemple : 

En 2015, votre revenu imposable est de 25 000 €.

Vous pouvez faire juqu'à 5 000 € de dons aux oeuvres vous donnant droit à un crédit d'impôt.

Si vous faites un don de 5 000 € à La Loge, il ne vous coûtera réellement que 1 700 € car il vous aura donné droit à  3 300 € de réduction d'impôt sur le revenu.

Si vous êtes une entreprise

En vertu de la loi du 1er août 2003 en faveur du mécénat, les dons versés à l’association CDC productions qui gère La Loge donnent droit à une réduction de l’impôt sur les sociétés de 60 % du montant du versement en numéraire ou en nature dans la limite de 0.5 % de votre chiffre d’affaires hors taxes. Si ce plafond est dépassé, l’excédent est reportable sur les cinq années suivant le versement.

 

Exemple : 

En 2015, votre société a réalisé un chiffre d'affaire de 2 million d'euros hors taxe.

Votre peut faire jusqu'à 10 000 € de dons aux oeuvres, lui donnant droit à un crédit d'impôt.

Si votre société fait un don de 10 000 € à La Loge, il ne lui coûtera que 4 000 € car il lui aura donné droit à 6 000 € de réduction d'impôt sur les sociétés.

Par ailleurs, votre société bénéficiera d’une valorisation sur l’ensemble des supports de communication de la salle.

 

Pour faire un don : HelloAsso
Pour plus de renseignements, écrivez à claire.nollez@lalogeparis.fr


Actualisation - JANVIER 2016 // Saison 15-16 sauvée. On construit la suite !

Début 2015, nous avons fait appel à vous car nous nous trouvions dans une impasse budgétaire et que nous ne voulions pas croire à la fin de cette aventure humaine et artistique. Vous avez été nombreux, artistes, public, professionnels du spectacle, à nous manifester votre soutien sous forme de dons, de propositions de partenariat, d’idées de génie ou de mots d’amour ! Sans vous, nous n’y serions pas arrivés. MERCI !

 

Cette vague d’encouragement de tous bords nous a redonné des forces et a confirmé la place de La Loge, lieu qui accomplit un travail indispensable pour une nouvelle génération de créateurs et qui participe au dynamisme de la vie culturelle et artistique en France.

 

Au départ, une idée simple.

Tous les projets artistiques accueillis à La Loge bénéficient de temps de résidence (35h pour les créations, 17h pour les reprises) et d'un partage de recettes à 50% sur la billetterie, sans minimum garanti ni pour la salle, ni pour les artistes. Ils bénéficient, également lors de leur passage d'un accompagnement administratif, en diffusion, en technique et en communication.

Nous partageons tout à La Loge, même les risques.

Pour de nombreux projets artistiques, le passage à la Loge est une étape clé vers une professionnalisation.

 

Depuis 2009 La Loge, lieu dédié à la jeune création, c'est environ:

- 240 compagnies accueillies sur des séries allant de 4 à 10 dates,

- 360 spectacles dont 80% de créations,

- 510 groupes de musique (1 à 2 concerts par semaine),

- 91 000 spectateurs.

- une programmation de septembre à juillet,

- des festivals (Le SUMMER OF LOGE, BROUILLAGE, FRAGMENT(S),

- des partenariats avec des institutions artistiques et culturelles telles que le 104, Mains d’Œuvres, le Théâtre de Vanves, le Théâtre Paris-Villette, le Théâtre de Gennevilliers Centre Dramatique National de création contemporaine, le Jeune Théâtre National, ARCADI, la Manufacture Atlantique à Bordeaux, le Chantier des Francofolies, Astérios, le réseau Actes-if, le réseau M A P, Radio Campus Paris, Radio Nova, Causette, le Souffleur, Que faire à Paris, le Studio Virecourt et Maison Jaune,

- notre participation en tant que membre du jury au Festival Impatiences organisé par le 104, le Théâtre du Rond-Point et le Théâtre de la Colline.

 

C'est aussi la création d’événements originaux qui sont le fruit de la complicité entre l'équipe de la Loge et les créateurs qui y font un passage : les incontournables "Siestes acoustiques" de Bastien Lallemant", "Tête de lecture" de Yves Heck, "Short and Sweet" de Eric Arnal Burtschy et les projections de Vincent Moon. Ces formes qui ont vu le jour à la Loge font des émules et s'exportent dorénavant à Paris, en France et à l'étranger.

 

Aujourd'hui, nous avons sauvé la 7ème saison de La Loge

 

Le déficit cumulé d’activité qui s’élevait à 40 000 € début 2015 est en très grande partie résorbé et nous travaillons activement à rassembler le budget 2016. Ce déficit est la répercussion directe du manque de soutien et de moyens qui nous sont alloués de manière générale alors même que tout le monde (institutions, artistes, public, presse) loue notre action.

 

La Ville de Paris reste notre seul soutien pérenne parmi les institutions publiques avec une aide au fonctionnement qui couvre en 2015 environ 10% de notre budget annuel.

 

Nous bénéficions également d’aides à l’emploi pour les membres de la team (emploi tremplin accordé en 2011, CUI-CAE, service civique). C'est un projet à l'équilibre économique fragile, en sous effectif et en sous investissement technique permanent. Le manque de trésorerie fragilise d'autant plus cette économie.

 

En 2015, de nouveaux partenaires financiers nous ont manifesté leur soutien en nous accordant des aides fléchées sur des projets spécifiques : DRAC Ile-de-France ; Mairie du 11ème arrondissement ; SACEM ; SACD ; ARCADI. Nous espérons construire sur le long terme avec eux aussi.

 

La Loge s'auto-finance à 75% grâce aux entrées, et ce malgré des tarifs bas (entre 10€ et 16€), grâce à un public toujours plus nombreux. L'activité du lieu et le budget de fonctionnement qui s'y rapporte augmentent d'année en année. Par conséquent, la part des soutiens publics diminue, malgré une légitimité croissante de ce projet dans le paysage français de la jeune création contemporaine.

 

C'est pour résumer un projet qui perdure grâce au seul engagement et à la seule force de travail des personnes qui le portent avec une énergie hors du commun. Il existe un écart immense entre l'action, le travail, la place prise, l'image de La Loge et sa réalité économique. Pourtant, l'activité de La Loge n'a jamais faibli et le projet n'a cessé de se développer.

 

Cette situation soulève plusieurs questions :

Si La Loge n'avait pas existé où auraient été ces 240 compagnies et où vont aller les 240 prochaines ?

Et surtout quel est l'engagement des institutions pour l'art, la jeunesse, la transmission, le savoir, le futur en somme ?

 

La Loge est aujourd'hui reconnue, à la fois par le public et les professionnels comme étant une vitrine de la jeune création.

 

C'est une bulle d'oxygène qui a permis de faire éclore, connaître et exister un pan énorme de cette nouvelle génération d'artistes; de metteurs en scène ; d’auteurs ; de comédiens ; de techniciens ; de créateurs lumières ; de musiciens ; de chargés de diffusion ; tous les corps de métiers du spectacle vivant. Souvent, un passage à La Loge a permis à ces équipes de s’intégrer dans le milieu professionnel qu’ils avaient choisi. Après leur création à La Loge, de nombreux projets ont eu une vie à travers toute la France et même parfois à l’étranger. Les programmateurs de partout viennent y découvrir de nouvelles formes.

 

Nous sommes dans la septième saison de La Loge. À notre échelle, vu le contexte et vu les conditions, c'est énorme !

 

La Loge est la preuve qu'il est encore possible d'emprunter des voies décalées, de s'y perdre et de, malgré tout, creuser un sillon qui a du sens. Pour cela, toute une génération de jeunes artistes a pris en main cet outil et en a fait cet espace de liberté qui leur a permis d'émerger.

Ça y est le mot est lâché !

L'émergence, la jeune création, la nouvelle génération sont des termes à la mode, fourre-tout et utilisés pour tout et par tous. Nous, nous les utilisons depuis sept ans juste parce qu’ils désignent les gens que l'on côtoie, regarde, admire, soutient, aime. En somme ce sont les gens avec lesquels on vit; c'est notre endroit et ce sont en quelque sorte nos compagnons de route.

Le public vient clore ce ménage à trois vertueux.

Sans eux, nous ne serions rien. MERCI ENCORE.

Qu'est-ce qu'il restera de ces années, qu'adviendra-t-il de tous ces gens ?

 

On ne sait pas, peut-être rien, peut-être que tout le monde s'en fout mais au-delà de la mode du moment, après l'émergence, cela révèle des choses bien plus profondes que nos petits problèmes, il s'agira de leur faire, de nous faire une place !

 

 

Actualisation - AVRIL 2015 // Des nouvelles

PARCE QUE LA JEUNE CRÉATION EN A BESOIN, AIDEZ LA LOGE !!!

En février 2015, La Loge rencontrait une période de grandes difficultés qui la menaçait de fermeture (retrouvez ci-dessous le texte publié à cette période). On vous explique ici où nous en sommes. Merci pour votre soutien !

 

Depuis notre appel lancé le 11 février dernier, vous avez été très très nombreux à relayer notre message pour nous soutenir. Alors tout d'abord MERCI; Merci pour vos dons et vos encouragements qui nous ont rendus plus combattifs que jamais ! Tout ceci nous a aussi confirmé la place qu'a pris La Loge : un lieu dédié à la jeune création, pour le public et les artistes. Un lieu pour faire découvrir au public, aux professionnels du spectacle, aux institutions une nouvelle génération d'artistes émergents. Un lieu pour lequel on a décidé de se battre et de ne rien lâcher.

 

Depuis que nous vous avons fait part de nos difficultés, beaucoup de choses se sont passées. On vous raconte tout.


LES SOUS

Nous avons récolté près de 14 000 euros de dons via le site HelloAsso, mais aussi  directement à La Loge, les soirs de spectacle. Une solution qui nous a permis de faire face à une situation d’urgence et à laquelle vous avez été nombreux à répondre. 
 
Dans le même temps, nous avons obtenu des rendez-vous avec les structures de tutelle. Nous avons rencontré dernièrement le service culturel de la Région Île-de-France, la Direction des Affaires Culturelles (la DAC), des représentants de la Ville de Paris (Cabinet d’Anne Hidalgo et de Bruno Julliard) et des représentants de la Permanence Culturelle Artistique (PAC) auxquels nous avons exposé nos difficultés.
La Ville continue à être un interlocuteur et un soutien privilégié.
 
La Mairie du 11ème arrondissement, soutien depuis les débuts de la salle rue de Charonne, nous a promis une aide financière exceptionnelle.
La Sacem nous a également accordé une aide pour l’activité de cette année 2015.
La DRAC va également nous aider pour la saison 2015/2016 dans le cadre d’une aide aux résidences.
Enfin, nous avons reçu une aide de la réserve parlementaire.
 
Ces rendez-vous sont importants car notre objectif premier est de pérenniser le fonctionnement économique de La Loge. L’appel aux dons lancé sur Hello Asso doit rester une solution exceptionnelle. Le public nous soutient déjà quotidiennement en venant assister aux spectacles et concerts et nous refusons de précariser davantage les artistes en revenant sur des conditions d’accueil qui sont les fondements mêmes de La Loge (co-réalisation avec partage des recettes à 50% sans minimum garanti). Nous souhaitons trouver, avec les institutions publiques avec lesquelles nous sommes en discussion et qui louent notre action, une solution durable pour permettre aux compagnies et groupes de musique de continuer à montrer leur travail et de toujours dynamiser le paysage artistique émergent.

 

 

LES SOUTIENS

Les artistes. Certains artistes nous ont spontanément proposé d’organiser des soirées de soutien (on vous tient d’ailleurs au courant à ce sujet). Des metteurs et metteuses en scène passés par chez nous ont spontanément rédigé des textes pour faire entendre leur voix. Des textes émouvants où nous réalisons le chemin parcouru à leur côté. Laurent Bazin, metteur en scène habitué de notre boîte noire, s’est exprimé sur le sujet sur l’antenne de Radio Campus Paris (à écouter ici). Des soutiens qui nous stimulent plus que jamais et qui nous font nous dire que nous ne nous sommes peut-être pas trompés sur la nécessité d’un tel lieu.
 
Des salles de spectacle nous ont également contacté pour nous apporter leur aide : le Théâtre de Gennevilliers, le Théâtre du Rond-Point, le CentQuatre Paris, le Théâtre de la Bastille… Certains nous ont même adressé, en plus d’aides financières et morales, de jolis mots :
 
Pascal Rambert, directeur du Théâtre de Gennevilliers :
"Comment montrer son travail quand on a pas d'argent qu'on est 15 sur le plateau ( et que les 15 sont nécessaires : parce que c'est le projet ) que personne ne connaît votre nom que personne n'a jamais entendu parler de vous que vous avez moins de 30 ans et que si vous ne faites pas ce projet vous pourriez en mourir de chagrin : il y a un lieu comme ça pour que rien ne soit mort, ce lieu c'est La Loge"
 
Jean-Michel Ribes, directeur du Théâtre du Rond-Point :
"Puisque le temps c’est de l’argent, ne le perdez pas, donnez-le à La Loge, source d’envie, de plaisir, d’invention dont nous avons tant besoin et de plus en plus. Elle vous le rendra en vie légère".
 
Là aussi, des témoignages qui nous font grandement plaisir tant il s’agit de salles qui nous ont souvent inspiré, parfois avant même que La Loge n’existe ! Elles sont devenues depuis des partenaires artistiques, au fur et à mesure des saisons, et ce malgré nos proportions. On l’a déjà dit par le passé mais on le pense fondamentalement : size doesn’t matter !

 

 

LA SUITE

Beaucoup de choses restent à faire et sont à venir. Tout d’abord, la saison 2015/2016 aura lieu. En juin 2015, nous serons en mesure de dire s’il s’agira ou non de la dernière. Malgré cette perspective, nous sommes définitivement déterminés à trouver tous les moyens pour permettre au projet d’exister encore longtemps, dans cette Loge ou dans une autre, plus grande…
 
Cette situation de crise nous a confirmé dans notre démarche d’approcher de nouvelles structures avec lesquelles nous souhaitons initier de nouvelles collaborations. Démarches lancées avant même le 11 février et qui nous permettront de bénéficier d’une aide à la résidence de la DRAC et d’une aide à l’action culturelle de la Sacem pour la saison à venir. Une démarche qui va de pair avec une réflexion intensive sur la diversité des financements de la salle. Tout ceci, dans le but d’améliorer les conditions d’accueil des artistes programmés et d’accompagner le développement de La Loge afin qu’elle puisse accueillir 180 nouvelles compagnies et 460 nouveaux groupes de musique !
 
Et surtout, la saison 2015/2016 arrive ! Au programme : théâtre, concerts, festivals et nos rendez-vous. Mais on prépare aussi de belles surprises : de nouveaux grands  événements réalisés avec de nouveaux partenaires, des résidences de compagnies comme nous n’en avons jamais fait jusqu’à présent… On va repousser les limites du possible parce que c’est ce qui constitue l’ADN artistique de La Loge et que ça nous fait bien marrer !
 

 

Actualisation - FÉVRIER 2015 // Appel à dons

PARCE QUE LA JEUNE CRÉATION EN A BESOIN, AIDEZ LA LOGE !!!

Sinon, on ferme.

La Loge traverse une période très difficile. Chaque sou compte et aujourd'hui, nous en avons plus que besoin.

 

Nous faisons appel à vous car nous nous trouvons aujourd'hui dans une impasse et que nous ne voulons pas croire à la fin de cette aventure humaine et artistique. 

 

Depuis 2009 La Loge, lieu dédié à la jeune création, c'est :

- 180 compagnies accueillies sur des séries allant de 3 à 12 dates (du mardi au vendredi avec 2 spectacles par soir).

- 300 spectacles dont 80% de créations.

- 460 groupes de musique (1 à 2 concerts par semaine).

- 77000 spectateurs.

- une programmation de septembre à juillet.

- Des festivals (Le Summer Of Loge , Brouillage, Fragments d’Automne…)

- Des partenariats avec des institutions artistiques et culturelles telles que le 104, le Théâtre du Rond-Point, Mains d’œuvres, le Théâtre de Vanves, le Théâtre Paris-Villette, ARCADI , le Chantier des Francofolies, Astérios, le réseau Actes if, le réseau Map, Radio Campus Paris, Radio Nova, Causette, le Studio Virecourt.

- notre participation en tant que membre du jury au Festival Impatience.

 

Quelques artistes passés par La Loge :

- en théâtre : Julie Duclos, Nicole Génovèse, Laurent Bazin, Marie Payen, Das Plateau...

- en musique : Christine and The Queens, Mina Tindle, Feu Chatterton, Fauve, Moodoïd, Albin de la Simone, GiedRé, Owlle, Rover...

- et aussi le one-woman show de Nora Hamzawi.

 

C'est aussi la création d’événements originaux qui sont le fruit de la complicité entre l'équipe de la Loge et les créateurs qui y font un passage : les incontournables "Siestes acoustiques" de Bastien Lallemant", "Tête de lecture" de Yves Heck, "Short and Sweet" de Eric Arnal Burtschy et les projections de Vincent Moon.

Ces formes qui ont vu le jour à la Loge font des émules et s'exportent dorénavant à Paris, en France et à l'étranger.

 

Aujourd'hui, La Loge est menacée d'arrêter son activité.

 

En cause, un déficit qui s'élève à 40 000 €.

Ce déficit est la répercussion directe de la non-attribution de la PAC (Permanence Artistique et Culturelle, un dispositif d'accompagnement de la région Île-de-France) et du manque de soutien et de moyens qui nous sont alloués de manière générale alors même que tout le monde (institutions, artistes, public, presse) loue notre action. Deux années de suite (en 2013 et en 2014), nous avons sollicité la région et deux années de suite ce soutien nous a été refusé. 

Il s'agit donc bien de choix politiques et non stratégiques.

 

Les seules aides à ce jour sont l'aide au fonctionnement de la Ville de Paris et des aides spécifiques sur certains postes (via les dispositifs d'aide à l'emploi: emploi tremplin accordé en 2011, CUI-CAE, service civique). Ce qui est bien mais largement insuffisant pour faire vivre un lieu qui compte une équipe de 7 personnes qui fournissent un travail colossal. C'est un projet à l'équilibre économique fragile, en sous effectif et en sous investissement permanent. Le manque de trésorerie fragilise d'autant plus cette économie.

 

Tous les projets artistiques accueillis à La Loge bénéficient de temps de résidence (35h pour les créations, 17h pour les reprises) et d'un partage de recettes à 50% sur la billetterie, sans minimum garanti ni d'un côté, ni de l'autre.

Ils bénéficient, également lors de leur passage d'un accompagnement administratif, en diffusion, en technique et en communication. Pour de nombreux projets artistiques, le passage à la Loge est une étape clé vers une professionnalisation.

 

La Loge s'auto-finance à 75% grâce aux entrées, et ce malgré des tarifs bas (entre 5€ et 16€), grâce à un public toujours plus nombreux. 

L'activité du lieu et le budget de fonctionnement qui s'y rapporte augmentent d'année en année. Par conséquent, la part des soutiens publics diminue, malgré une légitimité croissante de ce projet dans le paysage français de la jeune création contemporaine.

 

Ce déficit n'est donc pas dû à une mauvaise gestion mais à un manque d'engagement des tutelles pour un lieu qui accomplit un travail indispensable pour une nouvelle génération d'artistes et de créateurs et qui participe au dynamisme de l'activité culturelle et artistique de la ville de Paris.

 

C'est pour résumer un projet qui perdure grâce au seul engagement et à la seule force de travail des personnes qui le portent avec une énergie hors du commun.

 

Il existe un écart immense entre l'action, le travail, la place prise, l'image de La Loge et sa réalité économique.

 

Cette situation soulève plusieurs questions :

Si La Loge n'avait pas existé où auraient été ces 180 compagnies et surtout où vont aller les 180 prochaines ?

Et surtout quel est l'engagement des institutions pour l'art, la jeunesse, la transmission, le savoir, le futur en somme ?

 

En effet, depuis sa création, La Loge a pris une place conséquente dans le paysage des structures de création, de diffusion et d'accompagnement dans le domaine du spectacle vivant.

L'activité de La Loge n'a jamais faibli et le projet n'a cessé de se développer. 

Il est aujourd'hui reconnu, à la fois par le public et les professionnels comme étant une vitrine de la jeune création.

C'est une bulle d'oxygène qui a permis de faire éclore, connaître et exister un pan énorme de cette nouvelle génération de créateurs et d'artistes; des metteurs en scène, des auteurs, des comédiens, des techniciens, des créateurs lumières, des musiciens, des chargés de diffusion et encore tous les corps de métiers qui composent le spectacle vivant.

Souvent, un passage à La Loge a permis à ces équipes de se faire connaitre des directeurs d'autres salles, des programmateurs et des tutelles. 

Après leur création à La Loge, de nombreux projets ont eu une vie à travers toute la France.

Les programmateurs de toute la France viennent y découvrir de nouvelles formes. 

 

Nous sommes dans la sixième année de La Loge. 

À notre échelle, vu le contexte et vu les conditions, c'est énorme !

La Loge est la preuve qu'il est encore possible d'emprunter des voies décalées, de s'y perdre et de, malgré tout, creuser un sillon qui a du sens. Pour cela, toute une génération de jeunes artistes a pris en main cet outil et en a fait cette bulle de liberté qui leur a permis d'émerger. 

Ça y est le mot est lâché !

L'émergence, la jeune création, la nouvelle génération sont des termes à la mode, fourre-tout et utilisés pour tout et par tous.

Nous, nous les utilisons depuis six ans juste parce que ce sont les gens que l'on côtoie, regarde, admire, soutient, aime. En somme ce sont les gens avec lesquels on vit; c'est notre endroit et ce sont en quelque sorte nos compagnons de route.

Le public vient clore ce ménage à trois vertueux. 

Sans eux, nous ne serions rien. Merci encore.

Qu'est-ce qu'il restera de ces années, qu'adviendra-t-il de tous ces gens ?

On ne sait pas, peut-être rien, peut-être que tout le monde s'en fout mais au-delà de la mode du moment, après l'émergence, cela révèle des choses bien plus profondes que nos petits problèmes, il s'agira de leur faire, de nous faire une place !