FRAGMENT(S) au Montfort Théâtre (Paris)

7 et 8 octobre 2019 - à 19h30

RÉSERVATION : 01 56 08 33 88 - lemontfort.fr - 10€ (accès aux 2 Fragments de la soirée)

POUR TOUT SAVOIR SUR FRAGMENT(S)

TOURISME 

"On peut tout rater sauf ses vacances"

Cie Laïka
Avec Ferdinand Niquet-Rioux, Camille Rutherford, Chloé Larrère / Texte et conception Judith Longuet-Marx et Léa Tarral. En collaboration avec l’équipe / Mise en scène Judith Longuet- Marx / Dramaturgie Léa Tarral / Création musicale Cyril Brossard / Scénographie Andrea Baglione / Création lumière Lucien Valle / Production Laïka / Co-production Vertical Détour (le Vaisseau, fabrique artistique au centre de réadaptation Coubert)

Le projet est soutenu par Mains d’OEuvres et bénéficie d’un accueil en résidence, le CENTQUATRE PARIS, les Plateaux Sauvages et le Carreau du Temple, Choisy-le-Roi scène conventionnée pour la diversité linguistique, Théâtre de Rungis, Théâtre de l'Aquarium. Avec l'aide à la mobilité du BIJ.

Tourisme n’est pas encore un spectacle. Tourisme serait une fable sur la figure du touriste Contemporain, quelque part entre la BD et les comédies satiriques italiennes, entre un Théâtre documenté et une comédie musicale.
Nous serions dans un espace hybride entre un club de vacances situé dans une ancienne colonie française, un musée et un plateau de théâtre. Alors que certains sont en quête d’exotisme et d’authenticité, d’autres travaillent pour leur offrir les meilleures vacances de leur vie.
Nous observons nos façons de voyager, de consommer, en partant du principe que le pire touriste, c’est peut-être nous-même. Au tourisme de masse des années 60 relativement décrié aujourd’hui, on substitue une nouvelle idéologie ; celle de la rareté, du partage, de la mise en commun, du retour à l’authentique qui nous semble être, sous couvert de bons sentiments, une idéologie libérale et agressive. Au fil de nos recherches, en remontant l’Histoire, nous n’avons pas trouvé ce que nous
pensions être venues chercher, et si le tourisme portait encore en lui des idéaux coloniaux ?

 

LA TRÈS BOULEVERSANTE CONFESSION DE L’HOMME QUI A ABATTU LE PLUS GRAND FILS DE PUTE QUE LA TERRE AIT PORTÉ

Collectif Nightshoot

d’après La très bouleversante confession de l’homme qui a abattu le plus grand fils de pute que la terre ait porté d’Emmanuel ADELY © Editions Inculte 2013

un spectacle du Collectif NightShot / mise en scène Clément BERTANI et Edouard BONNET / avec Clément BERTANI, Pauline BERTANI, Brice CARROIS,  Juliette CHAIGNEAU, Laure COIGNARD, Julien TESTARD et Mikaël TEYSSIÉ / collaboration artistique Brice CARROIS / scénographie Gaspard PINTA / création sonore Antoine PROST / création lumière Léa MARIS / création vidéo Baptiste BERTRAND / costumes Gwladys DUTHIL / régie générale Alexandre HULAK / recherches dramaturgiquesAntoine LESIMPLE / production Collectif NightShot / coproduction Centre dramatique national de Tours - Théâtre Olympia, Théâtre de Thouars - Scène Conventionnée, Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines - Scène Nationale,  Les 3T - Scène Conventionnée de Châtellerault / soutiens L’Echalier - La Grange de Saint-Agil, Théâtre du Grand Orme (Feings), Le Monfort théâtre (Paris), La Charpente (Amboise), Service Culturel de l’Université de Tours, Le Volapük (Tours), Théâtre de Vanves Ministère de la Culture - DRAC Centre-Val de Loire, Région Centre-Val de Loire dans le cadre du dispositif « Parcours de production solidaire », Conseil départemental d’Indre-et-Loire, Ville de Tours / Label Rayons Frais – création + diffusion / LA SPEDIDAM / remerciements Nicolas COMTE, David GEFFARD, Sabine MOINDROT, Julien Phou, Jason RAZOUX et Mehdi TOUTAIN-LOPEZ / Le Collectif NightShot est soutenu par la Ville de Tours

Mars 2013, le magazine américain Esquire publie l'interview d'un ancien soldat qui, sous couvert d'anonymat, confesse être celui qui a abattu « le plus grand ennemi de l’histoire des États-Unis d’Amérique et du monde libre ».

Le premier contact avec le roman d’Emmanuel Adely, écrit à partir de cette interview, a été un choc pour le Collectif NightShot car il possède un aspect captivant qui découle naturellement du traitement épique de ce récit. Et surtout, via la figure de ce héros guerrier contemporain, ce sont toutes les fascinations et les contradictions de l’Occident qui se cristallisent.   

A travers le récit haletant d’une opération menée par vingt-trois Navy Seals, guerriers des temps modernes surentraînés, gavés dès leur naissance à la pop culture et aux jeux vidéo, dominés par un virilisme exacerbé et des pulsions archaïques de toute puissance, le Collectif NightShot nous plonge dans la traque de « La Star Numéro Un du Mal » telle que nous autres, occidentaux, sommes incités à la fantasmer, en déployant l'imagerie et les clichés façonnés par une Amérique pervertie par son propre mythe.
A la manière de conteurs modernes, le collectif porte à la scène l’oralité évidente de ce roman en inventant des tableaux précis, en puisant dans la pop culture et les images d’Epinal qu’elle charrie.
Leur fer de lance est la puissance évocatrice des codes hollywoodiens dont ils ont été abreuvés depuis leur plus tendre enfance. Ils les transposeront au théâtre dans un rapport iconographique à l’imagerie déployée par le cinéma américain.
En portant ce roman à la scène, ils souhaitent interroger ces formes et ces modes de narration littéraires, cinématographiques, télévisuels et vidéo-ludiques, ultra-référencés, ultra-rythmés, dont la grande efficacité et le terrible esthétisme nous masquent un fond parfois ambigu voire peu reluisant.
Une Iliade contemporaine, dont les dieux seraient des hélicoptères et des pizzas. 
Une expérience immersive dans notre inconscient collectif pour observer les individus biberonnés à la culture américaine que nous sommes devenus et questionner ce perpétuel paradoxe qui est d’adorer détester ce pays et de détester l’adorer !

 

Ajoutez à vos agendas

Lieu

Chargement de la carte…

Montfort théâtre

106 rue Brancion
75015 Paris