THÉÂTRE

Depuis 2009, La Loge a mis a profit toute son énergie et son expertise pour accompagner les artistes du spectacle vivant, tout particulièrement à l’endroit de la jeune création. À l’étroit dans nos anciens murs rue de Charonne dans le 11e arrondissement de Paris (140 mètres carrés all inclusive), nous nous aventurons ailleurs en attendant de réinvestir un nouveau, ET PLUS GRAND, lieu !

La saison 2018/2019 de La Loge :

Programmation HORS-LES-MURS                   ◊Production Théâtre

Programmation HORS-LES-MURS

Des cartes blanches dans des salles amies nous permettent, tout au long de la saison 2018-2019, de programmer des artistes  que nous voulons accompagner et dont nous considérons le travail doit être vu par le plus grand nombre.
Ces cartes blanches se composent à la fois de résidences, de présentations de spectacles en cours de création ou des spectacles aboutis.
(La programmation HORS-LES-MURS comprend aussi des concerts et des conférences avec LES RÉPONSES QUI CLAQUENT).

Calendrier 2018-2019 (en cours) :

  • 10 et 11 novembre 2018 à l’Étoile du Nord : Vacarmes (de la Cie Nos matins qui Voguent) et L’origine : expérimentation de l’étonnement (cie La Lanterne)
  • 23 février 2019 à La Scala : 48K€ (cie Royal Velours)
  • 2 au 11 mai à La Scala : Je m’en vais mais l’État demeure (cie Royal Velours)

Partenaires : Carreau du Temple, centquatre, l’Étoile du Nord, la Scala Paris.

Production Théâtre

Nous accompagnons certain.e.s artistes en production afin de mettre à profit nos compétences en accompagnement et montage de production pour qu’il.elle.s se concentrent sur l’artistique. Nous accompagnons ainsi Melis Tezkan et Okan Urun (biriken), Camille Dagen (Cie Animal Architecte), Julien Ribot & Pierre-Marie Baudoin.

Melis Tezkan & Okan Urun, The West is the best 
Il y a eu, et il y a toujours deux histoires qui se sont écrites en même temps : celle de ceux qui partent vers l’Est et celle de ceux qui partent vers l’Ouest. Conquête, exil, colonisation, immigration, quête spirituelle… L’Histoire donne des noms divers à ces mouvements croisés. L’exil nous traverse tous, passés et présents. Qu’est-ce qui nous lie dans la volonté de déplacement ? Quels états, quelles forces traversent ceux qui entreprennent ce voyage ? Comment regardons-nous ceux qui ne sont plus d’ailleurs mais pas d’ici ? Qu’advient-il de ceux qui sont incapables de suivre l’appel du départ ?
Biriken sera en résidence au Carreau du Temple du 6 au 11 mai 2019 puis au Centquatre-Paris du 3 au 9 juin 2019.

Camille Dagen et Emma Depoid, BANDES 
BANDES c’est le geste de tisser ensemble des morceaux de temps et de
vie a priori totalement opposés, d’arracher les pavés pour construire une
piste de danse.

Julien Ribot et Pierre-Marie Baudoin, Il pousse des ailes à l’esprit de vertige 
Le Combat pour le Sol dépeint la victoire de l’imprévisible, ausculte et trace les trajectoires de deux astres amoureux se déplaçant du vouvoiement vers le tutoiement, du conforme vers le non-conforme : métamorphose alchimique déclenchée par ce que Segalen aimait nommer « l’incompréhensibilité éternelle ». Le Combat pour le Sol se révèle une chirurgie des infinis. Le texte dissèque les liens« orchestiques » – voire dansants – qui relient les êtres humains à la puissance de la Terre. C’est un pamphlet écologique qui opte pour l’énergie des étoiles, « plus vaste que les petites religions ».